LIVRE. "Homo Machinus", ou l'avenir vertigineux de l'humain augmenté

·2 min de lecture

Journaliste et collaborateur régulier de Sciences et Avenir - La Recherche, Nicolas Gutierrez C. propose dans son livre "Homo Machinus" une enquête sur les perspectives de modifier l'espèce humaine avec les technologies. Une investigation qui donne le vertige...

Homo sapiens est-il à l'aube d'une (r)évolution technologique ? La science-fiction nous a habitué à l'idée que le corps humain pourrait être réparé, complété puis finalement augmenté par les machines. C'est l'exosquelette d'Iron Man, les prothèses de RoboCop, la main artificielle de Luke Skywalker dans la saga Star Wars. La problématique est devenu scientifique, comme le démontre dans son livre Homo Machinus (édité par Vuibert) le journaliste Nicolas Gutierrez C. Docteur en biologie cellulaire, ancien chercheur et collaborateur régulier de Sciences et Avenir - La Recherche, il a interrogé des dizaines de chercheurs pour une enquête richement étayée sur la question de l'humain augmenté.

Longévité et espérance de vie

L'une des séquences les plus frappante de l'enquête de Nicolas Gutierrez C. concerne les questions de longévité. On sait que le sujet est particulièrement d'actualité : (méga)fortune faite, les maîtres de la Silicon Valley se heurtent désormais au mur de leur finitude, ce à quoi il ne paraissent pas devoir se résoudre. "Souviens-toi que tu vas mourir" disait la Rome antique ;"C'est celui qui dit qui l'est", semble répondre Jeff Bezos, le patron d'Amazon et de Blue Origin .

Nicolas Gutierrez C. était le 23 septembre 2021 sur la chaîne Twitch de Sciences et Avenir (twitch.tv/sciencesetavenir) pour parler de son livre Homo machinus

Et si les chercheurs y arrivaient ? Après tout, écrit Nicolas Gutierrez C., "les avancées scientifiques et médicales des derniers siècles ont réussi à multiplier par trois l'espérance de vie des Français, passant d'environ 25 ans en 1740 à 85 ans pour les femmes et 79 ans pour les hommes en 2019". Il est donc tentant de vouloir faire mieux. Mais la conséquence mécanique de l'avancée en âge est l'érosion naturelle de nos organes, causes des maladies qui peuvent provoquer la mort, ou la vertigineuse dégradation de la qualité de vie. D'où l'idée de produire artificiellement des organes de remplacement qui seraient autant de pièces d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles