Un livre-enquête revient sur la mort du secrétaire général de l'ONU au Congo. Haletant

Pierre Magnan
Ecrit par le journaliste Maurin Picard, l'ouvrage s'intitule "Ils ont tué Monsieur H" (Dag Hammarskjöld). Avec comme sous-titre "Congo, 1961. Le complot des mercenaires français contre l'ONU".

Complot ou accident ? Le 18 septembre 1961, l'avion du secrétaire général de l'ONU, Dag Hammarskjöld, s’écrase dans l'actuelle Zambie. Aujourd’hui, la thèse de l’attentat ne fait plus guère de doute. "On sait aujourd'hui qu'il s'agit d'un attentat", affirme le journaliste Maurin Picard, auteur d’un livre sur cette affaire mystérieuse, au sous-titre accusateur.

Dans cet ouvrage, intitulé Ils ont tué Monsieur H et consacré à la mort mystérieuse du secrétaire général de l'ONU en 1961, en pleine crise du Congo, tous les ingrédients du polar sont réunis : un décor (le continent africain en pleine décolonisation), le héros (le secrétaire général de l'ONU lancé dans la mêlée), de sombres intérêts (une riche société minière), un contexte (le Congo qui se déchire avec, en toile de fond, la guerre froide) et tout autour des méchants (des services secrets et des mercenaires)... Et, bien sûr, ce qui ressemble à un meurtre. Celui de Dag Hammarskjöld, secrétaire général de l'ONU depuis huit ans.

"Une colombe face à des rapaces"

"Ce diplomate créateur avait un nom imprononçable et un regard bleu acier aussi acéré que son intelligence (...). Il croyait éveiller les consciences et expédier les pratiques coloniales aux oubliettes de l'histoire. Une colombe face à des rapaces", écrit le journaliste Maurin Picard sur le héros de son enquête, dont la mort a créé un choc dans le monde entier, au point de voir la Maison Blanche à Washington mettre ses drapeaux en berne sur ordre du président Kennedy.

Ce (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi