"Voici le livre d'un grand Ouvreur" : le nouveau roman de Bernard Pivot lu et décrypté par Érik Orsenna

·1 min de lecture

En ces mornes temps de fêtes, où restent clos les lieux de ski comme de culture, voici le livre d'un grand Ouvreur. On appelle ainsi ceux qui, après la neige, ouvrent les pistes. Grand Ouvreur, et Grand Offreur, tel est notre Pivot National. Combien de découvertes lui devons-nous, combien de nouveaux univers, combien de voix devenues fraternelles, j'allais dire "essentielles"? À cette longue liste de cadeaux, merci Bernard, il en ajoute un autre : une promenade dans un pays qui ne fait pas recette dans les agences de tourisme : la vieillesse. Est-ce le "naufrage" dont parlait le Général? Il est vrai qu'il pensait à Pétain…

Connaissant notre auteur, fidèle défenseur du beaujolais, on devine que son livre n'est pas de cette sinistre eau-là. Et pourtant… Si la nostalgie n'est pas dans sa nature, s'il ne tombe jamais dans le piège si fréquent de parer le Jadis de toutes les plumes du paon, il nous présente un aujourd'hui de moins en moins rose au fur et à mesure que s'accumulent les années.

"

Si la nostalgie n'est pas dans sa nature, Bernard Pivot nous présente un aujourd'hui de moins en moins rose

"

Savoureuse lucidité, portée par une galerie de formidables personnages, tout droit sortis de La Bruyère : Octo, chroniqueur méticuleux de ses vingt-quatre soucis de santé ; Coco Bel-Œil, hanté par son obsession de vouloir continuer à séduire ; Jean-Paul et Mathilde Blazic, "personnes calmes qui avancent dans la vie avec précaution, comme si les patins qu'on prenait autrefois sur les p...


Lire la suite sur LeJDD