Livre : à hauteur d'ourse polaire

Biologiste marin devenu explorateur-écrivain, James Raffan raconte trois années de la vie d'une "Ursus maritimus". Avec un parti pris captivant : adopter le point de vue de l'animal.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°904, daté juin 2022.

Elle est "la chienne de dieu" pour les Samis, en Scandinavie. "Wabusk" pour les Cris, au Canada. "Tornassuk" au Groenland. Ou "Nanuq" pour les Inuits. C'est l'ourse polaire, l'Ursus maritimus des scientifiques, dont fait partie James Raffan, biologiste marin de formation. Dégoûté de l'étude d'animaux en laboratoire, il a passé quarante ans dans les régions circumpolaires. Il en a rapporté la matière de ce livre rédigé comme un récit, celui de la vie quotidienne d'une ourse blanche dans le sud-ouest de la baie d'Hudson, au Canada.

Tout est perçu du point de vue de l'animal : son ressenti, ses stratégies, ses rencontres avec l'humain

Une vie en mouvement quasi permanent sur les glaces, en quête de nourriture (la graisse des phoques) ou d'un mâle reproducteur. Trois années qui partent d'une première fausse couche, suivie de la mise bas de deux oursons cette fois bien vivants, jusqu'à l'indépendance de cette progéniture après nombre de péripéties. James Raffan aurait pu enchaîner les données scientifiques et les observations d'experts, un thème par chapitre. Si les données sont là, le texte suit un procédé bien plus original : tout est perçu du point de vue de l'animal, son ressenti, ses stratégies, ses rencontres avec l'humain.

La fin d'un cycle, le début d'un autre

Certaines situations restent d'abord floues pour le lecteur. Comme lorsqu'elle nage avec ses petits dans une eau visqueuse et noire dont elle ne peut pas savoir qu'il s'agit d'une fuite de pétrole. Ou quand elle approche de ce que l'on devine être un bus de touristes. Et le coup de grâce d'un chasseur est raconté par le son perçu par l'animal de la balle engagée dans le fusil… Avant la détonation entendue par l'ourson, au loin. La fin d'un cycle, le début d'un autre.

Nanuq: Celle qui erre toujours par Raffan
Nanuq: Celle qui erre toujours par Raffan

Nanuq. Celle qui erre toujours, James Raffan, Arthaud, 224 p., 19 €

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles