Livraisons d’armes à l’Ukraine: Moscou met en garde

Sur le terrain, dans le Donbass, la bataille fait rage. Kiev est en passe de perdre Severodonetsk, la ville d’Avdiivka, au nord de Donetsk, est encerclée, disent les séparatistes. L’Ukraine demande à cor et à cri des armes. Les États-Unis viennent d’avaliser un vaste plan d’assistance militaire. La Russie, quant à elle, menace.

Avec notre correspondante à Moscou, Anissa El Jabri

Première mise en garde dans la matinée, mise en garde qui déjà ne laissait aucune place au doute : « Toute livraison d'armes qui se poursuit, qui augmente, renforce le risque d'une confrontation militaire entre les États-Unis et la Russie ». La phrase est signée du vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

Signe que l’affaire est suivie au plus haut sommet de l’État, le porte-parole du Kremlin a fait monter ce mercredi matin la pression d’un cran. « Les États-Unis ajoutent délibérément et volontairement de l'huile sur le feu. Les États-Unis n’ont qu’une ligne : combattre la Russie jusqu'au dernier Ukrainien. De telles livraisons n'encouragent pas Kiev à vouloir relancer les pourparlers de paix », estime Dmitri Peskov.

La Russie a fait de la conquête totale du Donbass sa priorité. Dans la poche de Severodonetsk et Lyssychansk, elle a même envoyé non seulement un maximum de matériel et de soldats depuis trois semaines, mais aussi ses troupes d’élites.

Moscou prend des mesures pour « minimiser » l'impact des sanctions et alerte sur les conséquences pour les Européens


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles