La Lituanie achève la construction d'une clôture à la frontière avec le Bélarus

La frontière entre la Lituanie et le Bélarus, près de Deveniskes côté lituanien, le 22 novembre 2021 - PETRAS MALUKAS © 2019 AFP
La frontière entre la Lituanie et le Bélarus, près de Deveniskes côté lituanien, le 22 novembre 2021 - PETRAS MALUKAS © 2019 AFP

Vilnius observe une politique qui vise à refuser l'entrée des migrants, se faisant accuser d'appliquer des refoulements illégaux.

La Lituanie a annoncé lundi avoir achevé la construction d'une barrière le long de sa frontière avec le Bélarus, destinée à lutter contre l'immigration clandestine. La barrière, sous forme d'une clôture de quatre mètres et de fils barbelés, s'étend sur environ 550 kilomètres d'une frontière commune d'environ 700 km.

"Dans toutes les sections, les travaux sont achevés à 100%", a déclaré aux journalistes la cheffe du gouvernement lituanien Ingrida Simonyte.

Sur le reste de la frontière, qui traverse des marécages, des lacs et des rivières, il est "techniquement impossible" de construire une barrière physique, a-t-elle ajouté.

Une tactique controversée

En Lituanie, l'immigration clandestine a augmenté cette année, avec environ 4200 migrants, principalement originaires du Moyen-Orient et d'Afrique, qui ont réussi à passer la frontière en provenance du Bélarus. L'Occident a accusé le régime bélarusse d'orchestrer cet afflux avec son allié russe, dans le cadre d'une attaque "hybride", ce que Minsk dément.

En dépit de ces accusations, Ingrida Simonyte a déclaré que son pays allait poursuivre cette tactique controversée et étudierait les possibilités légales qui lui permettraient de la maintenir même sans imposer un état d'urgence. Toutefois, a-t-elle admis, ce serait un défi dans le contexte du droit international sur cette question.

Samedi dernier, les gardes-frontières ont refusé d'entrée 125 migrants, soit le nombre le plus élevé depuis le début de l'année.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Livraison de missiles russes en Biélorussie : "C'est une escalade", affirme Jean-Paul Paloméros