Lithium, cobalt, manganèse, cuivre, aluminium : produire une voiture électrique est-il vraiment écologique ?

France 2
·1 min de lecture

La voiture électrique, en théorie, c'est bon pour la planète... mais pas sa batterie, dont la fabrication n'est guère écologique. De quoi se compose-t-elle ? Pour la Renault Zoe, par exemple, de 192 plaques appelées "cellules". Une cellule, c'est une superposition de dizaines de piles plates, soit un millefeuille de composants imprégné d'un matériau actif : un oxyde de lithium, nickel, cobalt et manganèse.

Pour une batterie de Renault Zoe, il faut compter 7 kilos de lithium, 11 kilos de manganèse, 11 kilos de cobalt et 34 kilos de nickel. Au total, pas moins de 63 kilos de métaux... Sa production repose donc sur l'industrie minière. Une industrie particulièrement polluante, dont Aurore Stéphant, ingénieure géologue et militante, dénonce les impacts environnementaux dans cet extrait de "Complément d'enquête" du 19 novembre 2020.

La fabrication d'une voiture électrique est finalement très coûteuse en CO2

Mais l'empreinte écologique de la voiture "zéro émission" ne s'arrête pas à sa batterie. Certains autres métaux entrent dans sa fabrication en quantités bien plus importantes que pour la voiture thermique. Ainsi, 80 à 90 kilos de cuivre sont nécessaires pour assurer l'électrification et la connectique. Et afin de compenser le surpoids du véhicule, il faudra (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi