L'Italie va inciter financièrement à faire des bébés

Une prime de 250 euros par mois à partir du 7e mois de grossesse et jusqu’aux 21 ans de l’enfant est mise en place en juillet en Italie. L’objectif du gouvernement est de relancer la natalité dans un pays où elle est particulièrement faible : un peu plus d’un enfant par femme, contre près de deux en France. Il y a 400 000 naissances par an et, en 2020, il y a eu plus de 750 000 morts. La population italienne diminue. Question des retraites Il y a de moins en moins de jeunes et d’actifs et de plus en plus de retraités, ce qui fait peser sur l’économie du pays une charge particulièrement lourde et pose le problème à terme du paiement des retraites. Selon Gilles Pison, chercheur associé à l’Ined, interrogé sur franceinfo lundi 5 avril, si la fécondité est faible, "ce n'est pas tellement lié à l'importance en soi des aides financières, mais plutôt à la difficulté pour les femmes de concilier le travail et cette filiation". Elle s'avère "plus difficile dans le Sud que dans le Nord".