L'Italie reconfine à la hâte pour les fêtes

Par notre correspondant à Rome, Quentin Raverdy
·1 min de lecture
La place del Campidoglio, à Rome, en octobre. De nouvelles mesures de restrictions ont été prises à la hâte hier pour les fêtes de fin d'année.
La place del Campidoglio, à Rome, en octobre. De nouvelles mesures de restrictions ont été prises à la hâte hier pour les fêtes de fin d'année.

Il était temps ! À moins d'une semaine du réveillon de Noël, les Italiens viennent enfin d'être fixés sur leur sort pour cette chaotique fin d'année 2020. Après dix jours de bras de fer avec les gouverneurs des régions et de tensions vives au sein de la majorité, le Premier ministre, Giuseppe Conte, a pu dévoiler vendredi, tard dans la soirée, la nouvelle salve de restrictions imposées au pays du 24 décembre au 6 janvier prochain.

Un décret-loi comme un « point d'équilibre entre le durcissement à mettre en place et les exceptions nécessaires, compte tenu de l'importance sociale de ces fêtes pour notre communauté nationale », expliquait-il hier soir à la télévision. Mais, comme à son habitude, Rome n'a pas fait dans la simplicité. À charge pour les citoyens italiens de se débrouiller dans un méli-mélo de nouvelles règles qui prévoient tantôt la mise sous cloche du pays, tantôt l'assouplissement du confinement. Dans les grandes lignes, le décret-loi prévoit ainsi le passage de toute la péninsule en « zone rouge » au moment de Noël (du 24 au 27 décembre), du réveillon du Nouvel An (31 décembre au 3 janvier) et enfin à l'heure de l'épiphanie.

Les espoirs douchés des patrons de restaurant

Au total, dix jours de restrictions maximum avec fermeture de tous les commerces « non essentiels » et interdiction de déplacements, sauf pour motifs impérieux. Petite respiration concédée aux Italiens : la possibilité d'accueillir deux personnes extérieures au foyer dans le resp [...] Lire la suite