L'Italie en crise se tourne vers Mario Draghi, ex-chef de la BCE

Gildas LE ROUX
·3 min de lecture

Attendu mercredi à Rome, l'Italien Mario Draghi, ex-chef de la Banque centrale européenne, devrait être appelé à former un gouvernement et succéder ainsi à Giuseppe Conte, incapable de ressouder sa coalition en pleine crise économique et sanitaire.

Le président de la République Sergio Mattarella, qui a un rôle d'arbitre en cas de crise politique, a convoqué M. Draghi mercredi midi au Palais du Quirinal.

M. Mattarella s'est prononcé mardi soir pour un gouvernement de "haut niveau" à même "d'affronter les graves crises actuelles: sanitaire, sociale, économique", une définition correspondant parfaitement à celui qui est crédité d'avoir sauvé la zone euro en 2012 en pleine crise de la dette.

Tout en lançant un appel à tous les partis politiques pour qu'ils soutiennent ce gouvernement, il a également exclu la tenue d'élections anticipées en pleine pandémie.

Ces déclarations sont intervenues juste après l'annonce que les consultations en vue de la reconduction de la coalition sortante menée par M. Conte, composée du Parti démocrate (PD, centre-gauche), du Mouvement 5 Etoiles (antisystème) et du petit parti Italia Viva (IV) de Matteo Renzi, avaient échoué.

Pour Lorenzo Castellani, professeur en Sciences politiques à l'université romaine Luiss interrogé par l'AFP, un gouvernement Draghi serait soutenu "assurément par (la droite de Silvio) Berlusconi, Renzi, le PD, les 5 Etoiles", soit l'assurance d'une majorité parlementaire.

Matteo Renzi s'est d'ailleurs empressé de saluer "les paroles sages du président de la République: encore une fois nous nous reconnaissons dans sa conduite et nous agirons en conséquence". Le chef du PD, Nicola Zingaretti, s'est dit pour sa part "ouvert au dialogue pour le bien du pays".

- 89.000 morts -

Selon Lorenzo Castellani, "le programme de gouvernement sera à 99% concentré sur la pandémie et le plan de relance européen", pour lequel l'Italie doit présenter des propositions à Bruxelles d'ici le 30 avril.

Mario Draghi, un homme affable de 73 ans réputé pour sa discrétion, son sérieux et sa détermination est "une personne extrêmement bien préparée et déterminée", a commenté pour l'AFP Giuliano Noci, professeur de stratégie à l'école de commerce de Polytechnique à Milan. "Il serait certainement en mesure de sortir l'Italie de la crise, avec le soutien du pays et du Parlement".

"Le sens des responsabilités devrait le conduire à accepter" le mandat que souhaite lui confier le président, estime Lorenzo Castellani, ce qui devrait mettre fin à la crise politique qui ébranle la péninsule en pleine pandémie, qui a fait plus de 89.000 morts et fait chuter le Produit intérieur brut de 8,9% en 2020. Mario Draghi devrait toutefois "poser des conditions sur le choix des ministres et la définition du programme" de gouvernement, a-t-il précisé.

Giuseppe Conte a été contraint à la démission mardi dernier, près de deux semaines après le retrait de sa coalition du parti de Matteo Renzi, indispensable pour avoir la majorité parlementaire. Les deux piliers de sa coalition, le PD et le M5S, ont continué à le soutenir, mais sans Renzi et son parti il n'avait pas de majorité assurée au parlement.

Matteo Renzi reprochait à M. Conte sa gestion de la pandémie et la manière dont il voulait dépenser les fonds européens.

Pour relancer l'économie exsangue, l'Italie table sur un plan de plus de 200 milliards d'euros financé par le méga-plan européen de relance décidé en juillet par l'Union européenne, alors que la troisième économie de la zone euro affiche une des pires chutes du PIB de la zone euro quand la France a vu son PIB plonger de 8,3% en 2020 et l'Allemagne de 5%.

glr-bh-aa/gab/mm