L'Italie compte s'affranchir de sa dépendance au gaz russe en 2024

© AFP

L'Italie devrait "devenir indépendante du gaz russe au second semestre 2024", grâce à ses efforts visant à diversifier ses fournisseurs entamés dans la foulée de l'invasion de l'Ukraine , a estimé jeudi le chef du gouvernement Mario Draghi. "Nous avons agi rapidement pour réduire la part de gaz naturel que nous importons de Russie", soit 40% du total en 2021, et "les premiers effets" de cette politique "se ressentiront dès la fin de l'année 2022", a-t-il déclaré devant les sénateurs.

Le ministre de la Transition écologique Roberto Cingolani avait prévu en avril un délai plus court, en assurant que l'Italie devrait réussir à se passer du gaz russe en l'espace de 18 mois. Auparavant, il avait estimé que la péninsule avait besoin de "24 à 30 mois" pour y arriver.

Vers un sixième train de sanctions

L'Italie cherche également à accroître sa production d'énergies renouvelables, en "supprimant les obstacles bureaucratiques" aux investissements, car c'est la "seule façon" de se libérer de l'obligation d'importer des combustibles fossiles, a fait valoir Mario Draghi. En même temps, "nous devons maintenir la pression sur la Russie par le biais de sanctions, afin d'amener Moscou à la table des négociations", a dit Mario Draghi.

L'Union européenne travaille sur un sixième train de sanctions, "que l'Italie soutient fermement", a rappelé Mario Draghi, alors qu'un projet d'embargo sur les achats de pétrole à la Russie est toujours bloqué par la Hongrie. L'Italie est l'un des plus gros conso...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles