L'Italie chante "Bella Ciao" aux fenêtres pour la Fête de la Libération

AFP

ITALIE - Enfermés chez eux depuis un mois et demi, les Italiens se sont mis à la fenêtre ce samedi 25 avril à l’occasion de la Fête de la Libération pour entonner leur hymne mais aussi la chanson des Partisans, “Bella Ciao”. 

Les avions de chasse ont lâché les couleurs tricolores au-dessus d’une Rome ensoleillée, aux rues vides pour cause de confinement en ces temps de pandémie de coronavirus

Mais quelques minutes plutôt, des milliers d’habitants avaient entonné le “Bella Ciao” à l’occasion de cette fête qui marque la libération de Milan, Turin et Gênes en 1945, et la défaite des nazis dans la péninsule, comme on peut l’entendre dans la vidéo en tête d’article

Le choix de cette chanson, très marquée à gauche, a suscité les grincements de dents d’Italiens qui ne s’y reconnaissent pas.

Pas une priorité pour Matteo Salvini

“Je respecte ceux qui ont donné dans le passé la vie pour la liberté de notre pays, mais je considère prioritaire en ce moment, plutôt que de chanter ‘Bella Ciao’, d’aider avec de l’argent les citoyens qui sont dans le besoin”, a écrit sur Twitter Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite), le premier parti du pays. “Ce matin, un prêtre m’a dit qu’on l’empêchait de célébrer” la messe en public, “tandis que d’autres peuvent faire la fête”, a-t-il poursuivi.

Le maire de Milan, Giuseppe Sala, élu de gauche dans une région acquise à la Ligue de Matteo Salvini, avait lui invité un ami, le musicien Saturnino, pour jouer “Bella Ciao” sur le balcon de l’hôtel de ville, devant de rares passants. 

Le président de la République Sergio Mattarella a lui déposé une gerbe sur la tombe du soldat inconnu où il s’est rendu masque sur le visage, une cérémonie tenue en tout petit comité. Même son escorte est restée éloignée du tombeau.

Allié de l’Allemagne hitlérienne, le dictateur fasciste Benito Mussolini avait été renversé en juillet 1943, puis arrêté, avant d’être libéré par un commando allemand pour instituer à Salo un régime fantoche soutenu par les troupes...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post