L'Italie bloque par décret un yacht géant qui appartiendrait à Vladimir Poutine

Le ministre italien de l’Économie a signé un décret pour bloquer le Shéhérazade, navire de luxe qui mouille depuis des mois dans le port de Marina di Carrara, en Toscane. Depuis plusieurs semaines, il était au centre de l’attention dans la péninsule, car son propriétaire pourrait être le président russe.

Long de 140 mètres, d’un blanc immaculé, doté de six ponts, d’une piscine et de deux pistes d’hélicoptères, le Shéhérazade est l’un des yachts les plus luxueux au monde, avec une valeur est estimée à plus de 636 millions d'euros. Le navire, battant pavillon des îles Caïman, est immobilisé dans le port de Marina di Carrara, sur la côte toscane.

Le 22 mars dernier, la fondation Alexeï Navalny a en effet publié une vidéo assurant que le navire était directement relié au président russe, rappelle notre correspondant à Rome, Eric Sénanque. L’ONG anticorruption a révélé qu’une partie de l’équipage était des membres du FSO, le service de sécurité du Kremlin.

► À lire aussi : Guerre en Ukraine: les yachts des oligarques russes dans le collimateur des Européens

Les autorités italiennes ont ouvert une enquête, mobilisant la police et la Garde des Finances, la police douanière et financière. Le Shéhérazade appartiendrait à l’oligarque Eduard Khudainatov, ancien vice-président de la compagnie pétrolière Rosneft, un proche du Kremlin, mais pourrait bien, via des montages financiers complexes, être la propriété de Vladimir Poutine.

« La propriété du Shéhérazade ne peut être attribuée au président russe Vladimir Poutine », a réagi dans un communiqué The Italian Sea Group qui s'est occupé dans son chantier de la maintenance du navire. L’entreprise dit s'appuyer sur « la documentation en sa possession et les résultats des vérifications menées par les autorités compétentes ».

Ces derniers jours, le navire avait été remis à l’eau après une période en cale sèche pour entretien, faisant craindre qu’il reprenne la mer prochainement. Le Comité de sécurité financière italien, qui a piloté l’enquête sur le yacht, a proposé au Conseil de l’Europe de l’inclure sur la liste des biens russes à saisir.

► À écouter aussi : Accents d'Europe - Quelle conséquence des sanctions contre les oligarques russes en Europe?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles