L'Italie abaisse sa prévision de croissance

par Giuseppe Fonte et Gavin Jones
·1 min de lecture
L'ITALIE ABAISSE SA PRÉVISION DE CROISSANCE

par Giuseppe Fonte et Gavin Jones

ROME (Reuters) - Le gouvernement italien a abaissé jeudi sa prévision de croissance économique pour cette année et averti que le déficit budgétaire pourrait atteindre son plus haut niveau depuis 20 ans, la crise sanitaire pesant sur les perspectives de reprise tout en forçant l'Etat à augmenter la dépense publique.

Le Document économique et financier (DEF) établi par le Trésor prévoit une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 4,5% seulement en 2021, contre +6% attendu à l'automne. Le déficit, lui, est désormais attendu à 11,8% du PIB, soit trois points de plus qu'auparavant.

Les nouvelles prévisions, validées par le président du Conseil, Mario Draghi, serviront de référence pour l'élaboration du projet de budget 2022 qui sera présenté en septembre.

La dette publique, qui atteignait 155,6% du PIB fin 2020, devrait encore s'alourdir à 159,8% en fin d'année.

La troisième économie de la zone euro s'est contractée de 8,9% l'an dernier et le déficit public a bondi à 9,5% du PIB contre 1,6% seulement en 2019.

La prévision d'un déficit à 11,8% cette année intègre 40 milliards d'euros de dépenses supplémentaires de soutien à l'économie auxquelles le gouvernement a donné son feu vert jeudi.

Cette nouvelle enveloppe doit entre autres financer de nouvelles aides aux entreprises touchées par les restrictions sanitaires et la prolongation d'un moratoire sur les dettes de milliers de petites et moyennes entreprises, a-t-on appris de sources gouvernementales.

Pour 2022, le gouvernement table sur une croissance de 4,8%, une réduction du déficit à 5,9% du PIB et une diminution du poids de la dette à 156,3%.

(Version française Marc Angrand)