Liste rouge de la biodiversité en danger : quid du thon et du dragon de Komodo ?

·1 min de lecture

À la suite de cette mise à jour, la liste rouge de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) répertorie 138.374 espèces dont 38.543, soit presque 28 %, sont menacées d'extinction. Parmi les dernières réévaluations des espèces placées sur cette liste figurent celles des sept espèces de thons les plus pêchées pour le commerce.

Cette pêche commerciale a grandement fragilisé les populations naturelles car elle s'opérait massivement et était peu ou pas régulée par des lois internationales. La pratique de la pêche illégale a également alimenté cette tendance. Or, la mise en place de quotas de pêche et le renforcement des moyens de lutte contre la pêche illégale (contrôle des bateaux de pêche, analyses ADN sur les étals) ont visiblement permis d'endiguer la pression croissante sur les stocks de thons.

Des prélèvements pour des analyses d'ADN sont effectués sur les marchés aux poissons afin de lutter contre la pêche et le commerce illégal des espèces soumises à des quotas. © Mario, Adobe Stock
Des prélèvements pour des analyses d'ADN sont effectués sur les marchés aux poissons afin de lutter contre la pêche et le commerce illégal des espèces soumises à des quotas. © Mario, Adobe Stock

La liste rouge de l'UICN indique en effet que les thons blanc et albacore sont passés du statut « Presque menacé » à celui de « Préoccupation mineure » et que le thon rouge du Sud, auparavant classé « En danger critique d'extinction » est à présent « En danger d'extinction ». La résilience la plus spectaculaire concerne néanmoins le thon rouge de l'Atlantique, qui était considéré comme étant « En danger » et dont le statut est maintenant « Préoccupation mineure ».

Le statut UICN du thon rouge de l'Atlantique (Thunnus thynnus) est passé de « En danger » à « Préoccupation mineure ». © marina, Adobe Stock
Le statut UICN du thon rouge de l'Atlantique (Thunnus thynnus) est passé de « En danger » à « Préoccupation mineure ». © marina, Adobe Stock

Selon le Dr. Collette, président du Groupe de spécialistes des thons et espadons de la CSE-UICN, il faut cependant garder à l'esprit que les thons sont des animaux migrateurs (sur plusieurs milliers de kilomètres) et que leur protection, pour être efficace, doit résulter de collaborations à l'échelle mondiale. À l'échelle plus locale, certaines populations de thons...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles