Comment l'ISR s'est imposé en 15 ans

·1 min de lecture
l’investissement socialement responsable (ISR) s’est imposé en une quinzaine d’années dans le paysage des épargnants.
l’investissement socialement responsable (ISR) s’est imposé en une quinzaine d’années dans le paysage des épargnants.

Développement durable, critères ESG, transition énergétique, investissement socialement responsable (ISR). Aujourd'hui, l'heure est à l'éthique. Epargnants, investisseurs, sociétés de gestion d'actifs, tout le monde s'y met. Ce n'est plus une mode éphémère, c'est un tournant qui dessine le monde de demain. Pourtant, cette nouvelle conception du placement financier a longtemps été considérée comme absconse, utopique ou juste incompatible avec l'économie moderne.

L'ONU à la manette

C'est en 2006, sous l'impulsion les Nations Unies de Kofi Annan, que les Principes pour l'investissement responsable (PRI) sont pour la première fois mis sur la table. Principale initiative mondiale en faveur de l'investissement responsable, les PRI incorporent de manière claire les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans les pratiques d'investissement. Ces axiomes extra-financiers deviendront les fameux critères ESG.

Cette nouvelle conception de l'investissement gagne alors peu à peu du terrain. En 2009, l'étude d'Eurosif, le réseau européen de promotion de l'investissement socialement responsable (ISR), estime qu'en Europe, l'ISR représente 5 000 milliards d'euros, soit une hausse de plus de 87 % par rapport à 2008.

Toujours en 2009, Novethic, le centre de recherche et d'information sur l'ISR et filiale de la Caisse des dépôts et consignations, crée le premier label ISR français. Objectif : apporter une garantie aux investisseurs face aux fonds qui s'autoprocla [...] Lire la suite