Lisa Su en tête du classement des PDG les mieux payés du monde, une première pour une femme

Lisa Su, patronne d'AMD en 2019

Lisa Su, la patronne d'AMD, est la première femme à décrocher la tête du classement des chefs d’entreprise du S&P 500 les mieux payés réalisé par Associated Press. Avec un gain de plus de 58 millions de dollars en 2019, elle devance largement ses concurrents. 

Avec un revenu annuel de 58,5 millions de dollars en 2019 (52 millions d’euros), Lisa Su est la première femme à prendre la tête du classement des chefs d’entreprise les mieux payés du monde parmi les 500 grandes sociétés cotées en bourse aux États-Unis. Selon les estimations d’Equilar pour Associated Press, la patronne d'Advanced Micro Devices (AMD) devance David Zaslav et Robert Iger, les PDG de Discovery et de la Walt Disney Company qui ont tous les deux touché environ 45 millions de dollars l’année dernière. 

Une rémunération quadruplée en un an

Par rapport à 2018, Lisa Su a vu sa rémunération multipliée par quatre grâce aux bonnes performances de son entreprise. Elle a ainsi perçu 53 millions de dollars - soit la quasi intégralité de son revenu - en attributions d'actions. Malgré tout, Lisa Su est l’arbre qui cache une forêt peuplée en très majorité d’hommes. Rappelons que les femmes dirigent seulement 5% des sociétés du S&P 500 et les mentalités tardent à évoluer sur le sujet.

En revanche, leur rémunération médiane est légèrement plus élevée que celle de leurs homologues masculins (13,9 millions de dollars contre 12,3 millions) mais elle progresse moins vite. Depuis sa prise de fonctions en 2014, Lisa Su a permis de placer AMD comme le titre le plus performant du S&P 500 sur deux années consécutives (2018 et 2019). 

À LIRE AUSSI >> À 17 ans, il refuse plus de 7 millions d’euros pour son site sur le Covid-19

“Les femmes PDG représentent toujours une part disproportionnée du leadership d'entreprise et les femmes de couleur ne sont pas du tout représentées”, regrette Lorraine Hariton, présidente de Catalyst, une organisation à but non lucratif axée sur les femmes en milieu de travail. Les chiffres avancés datent d’avant la crise du coronavirus. “Les turbulences sur le marché boursier et l'économie mondiale pourraient rendre plus difficile pour les PDG d'atteindre les objectifs de performance cette année”, souligne Business Insider