"Lire les Morts" : le roman tropical de Jacob Ross

·1 min de lecture

"Je m'intéresse à la vérité et ne tiens pas forcément compte des sensibilités de certaines personnes, explique Jacob Ross dans un échange de mails. J'ai grandi dans les Caraïbes, je connais bien cet endroit. Il se trouve que je me suis aussi inspiré d'une histoire vraie qui s'est déroulée en 2001 à Grenade. Un ancien pasteur qui avait pignon sur rue chez les Baptiste assassina une jeune fille de 15 ans avec laquelle il entrenait une relation intime. J'ai été frappé par ce fait-divers et je l'ai intégré en partie dans mon roman."

Nous sommes donc à Camaho, une île imaginaire des Caraïbes. Michael Digson, "Digger", semble mal parti dans la vie. Il vit dans la case, deux pièces, que sa grand-mère lui a laissé, au bord d'Old Hope Valley. Un don colonial du temps où elle travaillait dans les champs de canne à sucre. Alors qu'il traîne dans la rue, il assiste à une bagarre qui se termine par la mort d'un garçon.

Au lieu de prendre les jambes à son cou, "Digger" traverse la rue et touche le front du cadavre. Arrive la police. Et une apparition, "Cheveux blancs". En réalité, le commissaire Chilman. Un ivrogne assumé qui est sur le point de monter son équipe. Il veut faire de "Digger" un témoin de choix, de quoi mettre la pression à son futur protégé qui aurait l'idée de refuser le poste. "Le commissaire me faisait penser aux vieux schnocks que je voyais assis sur des tabourets devant les bars à rhum au bord de la route, adossés au mur délabré." Il se trouve que "Digger" possède...


Lire la suite sur LeJDD