L'Iran rejette toute nouvelle négociation ou nouvel interlocuteur dans l'accord nucléaire

·1 min de lecture

Le ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté samedi toute nouvelle négociation ou tout changement dans les participants à l'accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales.

C'est non pour Téhéran. Le ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté samedi 30 janvier toute nouvelle négociation ou inclusion de nouvelles parties à l'accord nucléaire signé en 2015 entre l'Iran et de nombreuses puissances mondiales. Cela intervient après la proposition de Paris d'inclure l'Arabie saoudite et de resserrer les conditions stipulées.

Ces déclarations interviennent après des propos du président français Emmanuel Macron estimant que des négociations sur l'accord nucléaire iranien conclu en 2015 avec les grandes puissances mondiales devraient être très strictes et inclure l'Arabie saoudite.

"L'accord nucléaire est un accord international multilatéral ratifié par la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui n'est pas négociable et les parties à celui-ci sont claires et immuables", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh, cité par les médias d'État.

Depuis plusieurs mois, la République islamique s'est mise à enrichir son uranium à un degré plus élevé que le plafond établi par l'accord sur l'encadrement de ses activités nucléaires. Ce, en réponse au retrait du pacte en 2018 des États-Unis, par l'administration Trump.

La nouvelle administration de Joe Biden s'est néanmoins engagée à rejoindre l'accord, mais une fois que Téhéran aura à nouveau garanti le plein respect de ses conditions.

Avec Reuters