L'Iran produit de l'uranium métal en violation de l'accord, confirme l'AIEA

par Francois Murphy
·2 min de lecture
L'IRAN PRODUIT DE L'URANIUM MÉTAL EN VIOLATION DE L'ACCORD, CONFIRME L'AIEA

par Francois Murphy

VIENNE (Reuters) - L'Iran a mené à exécution son projet de production d'uranium métal, a confirmé mercredi l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), malgré les avertissements adressés par les puissances occidentales à Téhéran à propos de ce qui constitue une violation de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien.

Téhéran a commencé en 2019 à s'affranchir étape par étape du Plan d'action global commun (PAGC, ou JCPOA en anglais) encadrant ses activités nucléaires, en réponse au retrait des Etats-Unis de l'accord annoncé un an plus tôt par l'ancien président Donald Trump, lequel a rétabli les sanctions économiques américaines contre l'Iran.

Ces derniers mois, l'Iran a multiplié les manquements à l'accord de 2015, une démarche qui pourrait compliquer les efforts visant à ce que les Etats-Unis redeviennent partie prenante de l'accord, comme envisagé par le nouveau locataire de la Maison blanche, Joe Biden.

En réponse à l'assassinat en novembre dernier de l'un de ses principaux spécialistes du nucléaire, qu'il a attribué à Israël, Téhéran a adopté une loi appelant au développement de son programme et a prévenu en décembre l'AIEA de son intention de produire de l'uranium métal comme combustible pour un réacteur de recherche.

"Le directeur général Rafael Mariano Grossi a informé aujourd'hui les Etats membres de l'AIEA des récents développements concernant les activités de recherche et développement de l'Iran sur l'uranium métal dans le cadre de son objectif de produire du combustible pour le réacteur de recherche de Téhéran", a indiqué l'AIEA dans un communiqué.

Un rapport publié mercredi, que Reuters a pu consulter, indique que l'Iran prévoit de mener des recherches sur l'uranium métal en utilisant de l'uranium naturel avant de recourir à de l'uranium enrichi à 20%, soit le niveau actuel d'enrichissement de son uranium.

Paris, Londres et Berlin, signataires de l'accord de 2015, ont fait part le mois dernier de leurs préoccupations et mis en garde Téhéran sur la production d'uranium métal.

(version française Jean Terzian)