L'Iran face à la Cour Internationale de Justice, l'avenir de l'accord de Vienne toujours en débat

·1 min de lecture

La Cour Internationale de Justice (CIJ) décidera mercredi de la validité des arguments du gouvernement iranien, selon lesquels la politique de "pression maximale" activée par Donald Trump est conforme ou pas au droit international. Quel que soit le sens de la décision des juges, censée s'appliquer mais sans contraintes, l'arrêt qui sera rendu à La Haye remettra l'Iran au cœur du débat sur l'avenir de l'accord de Vienne, signé en 2015 et dont l'ex-président américain est sorti en 2018.

Lire aussi - Anniversaire de la mort du général Qassem Soleimani : les Etats-Unis et l'Iran vont-ils vers l'affrontement?

Avec le souhait de la nouvelle administration Biden de renouer avec cet accord, à condition d'en élargir le périmètre et la durée, ce sont aussi les Européens, les Russes et les Chinois, également signataires du texte, qui sont en train de tâtonner sur la méthode qui permettrait à Washington et Téhéran d'apaiser les tensions. 

Le défi est rendu plus pressant depuis la décision prise par l'Iran d'augmenter ses capacités d'enrichissement d'uranium jusqu'à 20% sur son site de Fordo et de le redémarrer sa production d'uranium-métal. Deux mesures permettant d'accélérer l'acquisition de l'arme nucléaire. "Il y a urgence", signalait le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en rappelant à ses interlocuteurs américains  la nécessité de s'atteler au plus vite à ce dossier.

Une renégociation dans un calendrier serré

Joe Biden a choisi la semaine dernière comme émi...


Lire la suite sur LeJDD