L'Iran enquête sur la mort d'un membre des Gardiens de la révolution et dément son «assassinat»

L'Iran a démenti vendredi 3 juin l'assassinat d'un membre des Gardiens de la révolution, comme l'avaient affirmé certains médias de l'opposition iranienne basée à l'étranger.

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

« Un membre des Gardiens de la révolution est mort il y a quelques jours dans un accident dans sa maison », a affirmé l'agence officielle Irna, en ajoutant qu'il ne s'agissait pas d'un « assassinat ».

Le colonel Ali Esmaïlzadeh, a été assassiné à Karaj, près de Téhéran.

L'agence de presse Tasnim, proche des Gardiens de la révolution, a quant à elle affirmé que le colonel Ali Esmaïlzadeh « était tombé de la terrasse de sa maison ».

Le 22 mai, le colonel des Gardiens Sayyad Khodaï, 50 ans, a été tué par balle par deux motards alors qu'il rentrait chez lui dans l'est de la capitale, Téhéran. Il était membre de la Force Qods, la branche chargée des opérations extérieures des Gardiens de la révolution.

À lire aussi Mort d'un membre des Gardiens à Téhéran: «Un assassinat symbolique et politique»

Il avait servi en Syrie, notamment pour apporter une aide au Hezbollah libanais pour développer son programme de missiles.

L'Iran a accusé Israël d'être derrière cet assassinat en affirmant qu'il le vengerait.

La tension ne cesse de monter entre l'Iran et Israël à propos du programme nucléaire de Téhéran et la présence iranienne en Syrie.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles