L'Iran annonce la reprise de la production de l'uranium enrichi à 20% sur le site de Fordo

·3 min de lecture
L'IRAN ANNONCE LA REPRISE DE LA PRODUCTION DE L'URANIUM ENRICHI À 20% SUR LE SITE DE FORDO

DUBAÏ (Reuters) - L'Iran a repris dans son usine souterraine de Fordo la production de l'uranium enrichi à hauteur de 20%, un niveau bien supérieur au seuil fixé par l'accord de Vienne de 2015, a annoncé lundi son gouvernement.

"Il y a quelques minutes, le processus de production d'uranium enrichi à 20% a commencé dans le complexe d'enrichissement de Fordo", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Ali Rabeie, à l'agence de presse Mehr.

Il s'agit de la dernière violation en date par l'Iran de l'accord international de Vienne, dont Téhéran a commencé à s'affranchir en 2019 à la suite du retrait des Etats-Unis l'année précédente et du rétablissement de sanctions américaines à son encontre.

Cette nouvelle violation pourrait contrarier la volonté du président élu Joe Biden, qui doit être investi le 20 janvier, de ramener les Etats-Unis dans l'accord si l'Iran en respecte les termes.

L'équipe de transition de Joe Biden a refusé de commenter l'annonce iranienne.

L'administration sortante de Donald Trump a pour sa part critiqué la décision de l'Iran, qualifiant la reprise de la production d'uranium enrichi à 20% de "chantage nucléaire".

"La reprise de l'enrichissement de l'uranium à 20% par l'Iran sur le site de Fordo est une tentative d'intensifier sa campagne de chantage nucléaire, une tentative qui n'aboutira pas", a déclaré un porte-parole du département d'Etat américain.

A Bruxelles, un porte-parole de la Commission européenne a dit que cette "initiative, si elle est confirmée, constituerait un écart considérable par rapport aux engagements de l'Iran".

En réaction à l'annonce iranienne, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré que ses inspecteurs étaient en train de surveiller les activités de l'usine d'enrichissement d'uranium de Fordo.

"Sur la base de ces informations, le directeur général de l'agence Rafael Mariano Grossi devrait soumettre un rapport aux Etats membres de l'AIEA dans la journée", a déclaré dans un courriel transmis à Reuters le porte-parole de l'organisation.

Le 1er janvier, l'Agence internationale de l'énergie atomique a déclaré que Téhéran lui avait fait part de son intention de reprendre l'enrichissement à hauteur de 20% sur le site de Fordo, enfoui sous une montagne.

Le degré d'enrichissement d'uranium autorisé par le pacte est fixé à 3,67%. Téhéran l'a déjà dépassé jusqu'à 4,5%, soit bien en dessous des 20% atteints avant la conclusion de l'accord et des quelque 90% nécessaires à un usage militaire.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré lundi que la reprise par l'Iran de l'enrichissement de l'uranium à 20% visait à développer des armes nucléaires et qu'Israël ne permettrait jamais à Téhéran de les construire.

Selon Benjamin Netanyahu, la décision de l'Iran d'enrichir de l'uranium ne peut s'expliquer que comme une tentative de "continuer à réaliser son intention de développer un programme nucléaire militaire".

"Israël ne permettra pas à l'Iran de produire des armes nucléaires", a-t-il ajouté dans un communiqué.

(Parisa Hafezi, version française Anait Miridzhanian et Camille Raynaud, édité par Blandine Hénault et Bertrand Boucey)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles