L'Iran accuse deux syndicalistes français d'«atteinte à la sûreté» d'État

© Morteza Nikoubazl / NurPhoto / NurPhoto via AFP

L'Iran a accusé mercredi d'"atteinte à la sûreté" du pays deux syndicalistes français détenus depuis le 11 mai par les autorités iraniennes, selon l'Autorité judiciaire. Cécile Kohler, une responsable du syndicat d'enseignants Fnec FP-FO, a été arrêtée, ainsi que son conjoint Jacques Paris, alors qu'ils faisaient du tourisme en Iran pendant les vacances de Pâques, selon une source syndicale française.

La France dénonce une arrestation "sans fondement"

Les Français ont été "accusés d'association et de collusion dans le but de porter atteinte la sûreté du pays", a indiqué le porte-parole du pouvoir judiciaire, Massoud Sétayechi, lors d'une conférence de presse à Téhéran. Téhéran avait annoncé le 11 mai l'arrestation de deux Européens "entrés dans le pays dans le but de déclencher le chaos et déstabiliser la société". La France a dénoncé une arrestation "sans fondement" et demandé leur "libération immédiate".

"Ces deux personnes sont actuellement en garde à vue", a précisé Massoud Sétayechi, ajoutant que "le parquet s'occupe de cette affaire". L'Iran a annoncé à la mi-juin l'arrestation d'un militant marxiste présumé lié aux deux Français, sans communiquer son identité ni la date de son arrestation.

Les enseignants iraniens réclament une augmentation de leurs salaires

Selon la télévision, le militant marxiste avait comme mission d'"organiser les rassemblements ouvriers et enseignants pour les transformer en émeutes à travers le pays". Depuis des mois, les enseignants iraniens ré...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles