L'Irak libère le commandant d'un groupe paramilitaire pro-Iran

·2 min de lecture

Les autorités irakiennes ont annoncé avoir relâché le commandant d'un groupe paramilitaire proche de l'Iran, arrêté il y a deux semaines, accusé « d'actes terroristes ». Pour les militants politiques, c'est surtout à cause des pressions de milices que ce commandant a été relâché.

Les partisans de Qassem Muslah l'ont accueilli en héros à son retour dans sa ville natale, Kerbala. L'arrestation le 26 mai dernier de ce commandant du Hachd al-Chaabi, une coalition paramilitaire intégrée à l'État, avait fait craindre le pire en Irak.

Les autorités avaient annoncé son arrestation pour « terrorisme » mais la raison exacte n'a jamais été mentionnée, indique notrecorrespondante à Bagdad, Lucile Wassermann. Certains experts et médias parlent de son implication présumée dans des attaques contre les forces américaines, d'autres de son rôle, là encore présumé, dans le meurtre de militants politiques à Kerbala.

Immédiatement après son arrestation, le pays se trouvait sur une ligne de crête. Les forces de sécurité avaient dû fermer la « zone verte » de la capitale, quartier ultra-protégé où se trouvent le Parlement, les bureaux du Premier ministre et l'ambassade américaine, car les combattants du Hachd en armes l'assiégeaient.

Face à la situation explosive, la représentante de l'ONU en Irak avait rapidement appelé au calme, rappelant que « personne n'est au-dessus des lois ». « Personne, sauf ces groupes armés », s'insurgent aujourd'hui les militants politiques qui dénoncent un climat d'impunité et la faiblesse des autorités, incapables selon eux de faire respecter l'État de droit.

À lire aussi : Irak: la milice Hachd al-Chaabi, maillon de la chaîne iranienne dans la région

Au soir de cette libération, cinq roquettes ont visé la base aérienne de Balad, au nord de Bagdad, où des sous-traitants américains entretiennent les avions F-16 irakiens, a indiqué à l'AFP un responsable des services de sécurité. Deux d'entre elles se sont écrasées près de la zone occupée par ces Américains, selon la même source qui a précisé que l'attaque n'avait fait ni victime ni dégât.

Une heure après, deux roquettes visaient l'aéroport de Bagdad où sont postés des soldats américains, indiquait un autre responsable.

Le Hachd a annoncé pour la fin de semaine une importante cérémonie pour son septième anniversaire. Des sources au sein de cette coalition laissent entendre que Qassem Mouslah pourrait tenir un rôle important dans cet événement – officiel puisque le Hachd est désormais une institution étatique.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles