L'Irak annonce l'arrestation d'un leader du groupe État islamique recherché par Washington

·2 min de lecture

Le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi a annoncé lundi sur Twitter que les forces irakiennes avaient capturé Sami Jasim al-Jaburi, responsable financier de l'organisation État islamique et adjoint de feu Abou Bakr al-Baghdadi, ancien chef du groupe jihadiste.

L'Irak a annoncé, lundi 11 octobre, l'arrestation "à l'extérieur" de ses frontières d'un haut responsable de l’organisation État islamique, Sami Jasim al-Jaburi, recherché par les États-Unis et présenté comme un responsable financier du groupe jihadiste.

L'homme a été capturé dans une opération des services de renseignement "à l'extérieur des frontières" irakiennes, a tweeté le Premier ministre Moustafa al-Kazimi.

>> À lire aussi : "Législatives en Irak : les groupes armés, des acteurs incontournables de la politique"

"Alors que nos héros [des forces de sécurité irakiennes] se sont concentrés sur la sécurisation des élections, leurs collègues [des services de renseignement irakiens] ont mené une opération externe complexe pour capturer Sami Jasim", a-t-il noté, sans donner davantage de précisions sur cette opération.

"Un rôle essentiel dans la gestion des finances"

Sami Jasim al-Jaburi est "considéré comme l'un des plus recherchés au niveau international, et il est proche de l'actuel chef de l'organisation" jihadiste, Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi, selon un communiqué des forces de sécurité, qui le présente comme "le superviseur des dossiers financiers et économiques de l'organisation terroriste État islamique".

En septembre 2015, le Trésor américain l'a inscrit sur sa liste de "terroristes" visés par des sanctions. Washington offre par ailleurs une récompense de cinq millions de dollars pour toute information concernant ce responsable ayant joué "un rôle essentiel dans la gestion des finances" du groupe État islamique, selon le département d'État américain.

"Alors qu'il était adjoint de l'État islamique dans le sud de Mossoul en 2014, il aurait occupé un poste de ministre des Finances de l'État islamique, supervisant les revenus du groupe tirés des ventes illicites de pétrole, de gaz, d'antiquités", selon le programme Rewards for Justice du département d'État.

Avec AFP et Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles