L'ion bromure, nouvel espoir face aux troubles du spectre de l'autisme

AMELIE-BENOIST / BSIP / BSIP via AFP

Testés sur des souris porteuses de mutations induisant des troubles du spectre de l'autisme (TSA), les ions bromures ont entraîné une nette amélioration des interactions sociales ainsi qu'une diminution des attitudes stéréotypiques. Un résultat prometteur pour les 700.000 personnes atteintes de TSA en France.

Les troubles du spectre de l'autisme (TSA) concernent 1% de la population. En France, les 700.000 personnes qui en sont atteintes présentent des symptômes variés et plus ou moins sévères. Des troubles caractéristiques sont cependant identifiables dans la plupart des cas : une altération des interactions sociales, des difficultés à communiquer, ainsi que des troubles des réactions sensorielles et du comportement. Ils s'accompagnent parfois de comorbidités comme de l'anxiété, des troubles de l'apprentissage, de l'épilepsie ou un déficit moteur. En revanche, certains types de TSA induisent des atouts que la personne peut vouloir préserver, d'où l'importance d'une prise en charge au cas par cas, ciblant les aspects dont le patient se plaint.

Si la recherche a identifié certains facteurs génétiques et environnementaux dans le développement des TSA, les causes sont encore mal comprises. Les tests des molécules de balovapan et de bumétanide, ou encore de l'hormone d'ocytocine, n'ont pas été fructueux lors des essais cliniques, ne montrant pas d'amélioration notable des interactions sociales chez les patients. Toutefois, la récente étude menée par le CNRS, l'Inserm, l'Inrae et l'université de Tours sur les ions bromures, publiée le 13 avril 2022 dans , a donné des résultats très prometteurs. A l'occasion de la présentation de leurs travaux le 16 juin 2022 à l'Inserm, Julie Le Merrer, Jérôme Baker et Frédérique Brilhault ont passé en revue les prochaines étapes à franchir en matière de traitement de l'autisme.

Une amélioration du comportement social

Les ions bromures sont déjà connus comme traitement de l'épilepsie pour leur capacité à renforcer l'inhibition des neurones. Avant l'arrivée de nouveaux médicaments sur le marché, ils étaient utilisés comme sédatifs pour leurs propriétés anxiolytiques. Au sein du cerveau, le maintien d'un équilibre entre l'excitation et l'inhibition des neurones est essentiel à son bon fonctionnement, mais dans le cadre de certains TSA, le dysfon[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles