L'invitée du Soir 3 : Françoise Laborde

France 3

Journaliste, ancienne membre du CSA, Françoise Laborde a aidé sa mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer, et à qui elle a consacré plusieurs ouvrages, comme Pourquoi ma mère me rend folle ou Muette : Quand ma mère me rendait folle. "Ça ne s'arrête jamais. C'est le jour, la nuit, tous les jours, à toute heure, avec parfois, des cycles qui sont complètement erratiques parce que nous on sait à peu près à quelle heure du jour on vit, mais quand on accompagne un malade, ou en tout cas quelqu'un qui n'a pas les moyens psychologiques de savoir quand est-ce que c'est le jour, le matin ou le soir, c'est extrêmement fatiguant. Donc il y a cette espèce de pression permanente, et puis aussi de fatigue morale", explique Françoise Laborde.

"On ne peut pas arriver à tout bien faire"

Pour se prémunir, en tant qu'

aidant, de la rupture morale et psychique, la journaliste et auteure ajoute : "Je crois que le meilleur conseil à donner aux aidants, c'est de dire : de temps en temps, soyez égoïstes. Pensez à vous. De toute façon, arrêtez avec la culpabilité parce que c'est vrai, quand on est un conjoint, un père, une mère, un fils, une fille, on se dit : 'qu'est-ce que j'ai mal fait ?' ou 'qu'est-ce que je peux faire de mieux ?'. Et bien on ne peut pas arriver à tout bien faire".

Retrouvez cet article sur Francetv info

Journée mondiale de la paralysie cérébrale : "Il faut redonner les rênes aux personnes en situation de handicap"
"On peut être handicapé et sexy" : deux Françaises participent au concours Miss Monde fauteuil roulant
Santé : 11 millions d'aidants en France
A toutes saveurs. Les pâtisseries du Levant et la semaine du goût
Le pitch start-up. Un exosquelette pour faire marcher les paraplégiques

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages