L'inventeur du classement Pisa : "La France a besoin de rendre le métier d'enseignant plus attractif"

Les résultats seront regardés à la loupe. La dernière enquête Pisa (programme international pour le suivi des acquis des élèves) sera dévoilée mardi. Le classement de l’OCDE, réalisé tous les trois ans, compare les systèmes éducatifs de 79 pays. En 2018, près de 600.000 élèves du monde entier âgés de 15 ans ont été testés dans trois domaines clés : la lecture (dominante de cette édition), les sciences et les maths. La France, championne des inégalités, sera-t-elle mieux classée qu’en 2015, où ses résultats avaient été moyens? À la veille de la publication de l’étude, l’Allemand Andreas Schleicher, directeur de l’éducation de l’OCDE et inventeur de Pisa, analyse les réformes gouvernementales.

Lire aussi - INFO JDD. Evaluations des élèves : le niveau des CE1 s’améliore, celui des CP fluctue

Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à l’éducation?
J’ai d’abord travaillé dans l’industrie médicale. Mais quand j’ai refusé de faire mon service militaire, j’ai dû faire une activité sociale à la place. Pendant 20 mois, j’ai enseigné dans une école pour enfants de milieux très défavorisés. Beaucoup étaient très intelligents, mais ils étaient nés au mauvais endroit. J’ai réalisé que l’éducation pouvait changer leur vie, les remettre sur les rails, alors j’ai changé de carrière.

Depuis la première enquête PISA en 2000, le système éducatif français a-t-il beaucoup évolué?
En 2015, les Français de 15 ans obtenaient encore des résultats au niveau de la moyenne de l'OCDE, mais dans des do...


Lire la suite sur LeJDD