Sur l'interdiction du voile, Macron rappelle à Le Pen son mauvais exemple

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

POLITIQUE - Ce serait “la guerre civile”. Mercredi 20 avril lors du débat télévisé d’entre-deux tours de la présidentielle, Emmanuel Macron a tapé fort sur la proposition de Marine Le Pen d’interdire le voile dans l’espace public.

Et le président-candidat est également revenu sur l’une des erreurs (voire double erreur) commises il y a quelques jours par la candidate du RN pour défendre cette mesure. “M. Bourguiba avait interdit le voile en Algérie”, avait ainsi affirmé Marine Le Pen sur France Inter le 12 avril sur sa proposition d’interdire le voile dans l’espace public, la candidate du Rassemblement national, comporte plusieurs erreurs.

Première erreur ce jour-là (qu’elle n’a pas répété pendant le débat): Habib Bourguiba a été le président de la Tunisie, et non de l’Algérie, de 1957 à 1987. Tous deux se trouvent certes au Maghreb, mais Marine Le Pen se trompe donc de pays.

Deuxième erreur, soulevée notamment par Checknews: l’affirmation qu’Habib Bourguiba aurait interdit le voile dans la rue est également fausse. Interviewée par Libération, la chercheuse Maryam Ben Salem insiste sur le fait que, contrairement à ce que laisse penser Marine Le Pen, “le voile n’a jamais été interdit dans la rue”en Tunisie.

Quatre circulaires prises à partir de 1981, sous la présidence de Bourguiba, ont bien interdit “la tenue confessionnelle” mais uniquement dans les établissements scolaires publics, les établissements primaires et secondaires, les écoles supérieures d’enseignement, les cités et les foyers universitaires. C’est d’ailleurs ce que lui a rappelé Emmanuel Macron au cours du débat.

La prohibition du port du voile a été élargie aux établissements privés par une autre circulaire datée de décembre 1991, portant sur la tenue des agents de l’administration et des institutions publiques et privées, explique Checknews. Des mesures reprises ensuite par Ben Ali et dont l’objectif était de lutter contre l’islamisme en Tunisie.

Du pain béni pour LREM

Ces erreurs ont vite été relevées par les partisans d’Emmanuel Macron, du pain béni pour le camp adverse dans cet entre-deux tour de la présidentielle et à une semaine du débat entre les deux candidats. “Non contente de vouloir stigmatiser en interdisant le voile, Marine Le Pen explique ce matin qu’il a été interdit en Algérie par Habib Bourguiba, ancien Président de la...Tunisie! Toujours aussi incompétente”, écrit par exemple Ambroise Méjean, président des Jeunes avec Macron sur Twitter.

“C’est un exploit mais elle l’a fait: Marine Le Pen ment 2 fois en 20 secondes. D’abord, Bourguiba a interdit le voile seulement dans les écoles et les administrations, pas dans l’espace public. Ensuite il était tunisien”, écrit la députée européenne et ancienne ministre Nathalie Loiseau.

“Bourguiba et l’Algérie: Marine Le Pen ne connaît ni l’histoire, ni sa géographie”, écrit le député LREM Bruno Questel. Cet épisode intervient la veille de la présentation du volet international du programme de Marine Le Pen, domaine dans lequel la candidate RN a multiplié les affirmations hasardeuses.

À voir également sur Le HuffPost: En 2017, Macron promettait d’éradiquer l’extrême droite, c’est raté

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles