L'intelligence artificielle va-t-elle remplacer le médecin de famille ?

·1 min de lecture

Aide au diagnostic, conseils de traitement : l’IA réorganise la santé. Laissant plus de place au dialogue patient-médecin.

Cet article est issu du Hors-série de Sciences et Avenir n°199 daté octobre-novembre 2019.

Pas une semaine ne se passe sans qu’un algorithme soit annoncé plus performant qu’un médecin. À partir de radiographies, d’images de peau ou de fond d’œil, de données génétiques, les machines détectent aujourd’hui des dizaines de maladies de façon plus sûre et plus rapide. Diabète, cancers, affections oculaires, fractures… Au point de remplacer le bon vieux médecin de famille ?

Un médecin "augmenté"

De fait, "l’intelligence artificielle va transformer radicalement l’ensemble des métiers de la santé. Mais ce ne sont pas les généralistes qui seront les plus touchés, souligne le Dr Jacques Lucas, ancien premier vice-président du conseil national de l’Ordre des médecins et coordinateur du livre blanc sur la médecine et l’intelligence artificielle. Le généraliste est, par définition, 'multitâche', confronté à un éventail très large de pathologies, de la grippe au cancer. Mais c’est aussi le premier interlocuteur du patient. Ce rôle central va peu évoluer, mais les dispositifs d’IA l’aideront à affiner son diagnostic en cas d’hésitation et en feront un médecin 'augmenté'. Par exemple, il pourra calculer la probabilité qu’un grain de beauté soit ou non suspect, avec une précision en théorie supérieure à celle des meilleurs dermatologues." Idem pour un électrocardiogramme, une photo de l’œil... En revanche, les rendez-vous seront moins fréquents - mais de meilleure qualité, promet-on… Car des professionnels de santé non médecins, dotés eux aussi d’outils d’aide au diagnostic et au choix du traitement, prendront le relais.

Libérer du temps pour l'écoute

"Infirmiers, kinésithérapeutes, orthoptistes, téléopérateurs, etc., assureront le soin de proximité et une partie du suivi des maladies chroniques (diabète, certains cancers et maladies cardiovasculaires, asthme, maladies des yeux…)", explique de son côté le Pr Guy Vallancien. Remplaçant donc le docteur ? En partie. "L’essentiel, c’est [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles