"L'intégrité physique de la centrale a été violée" : les experts de l'AIEA ont inspecté Zaporijjia

Les experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique ont enfin pu contrôler la centrale de Zaporijjia. Ils estiment que "l'intégrité physique du site a été violée".

L'"intégrité physique" de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia occupée par les Russes "a été violée à plusieurs reprises", a dénoncé jeudi, après l'avoir inspectée, le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, tandis que le président Volodymyr Zelensky reprochait à l'AIEA d'avoir occulté la question de la "démilitarisation" de ce site.

"Nous n'avons pas d'éléments pour évaluer cela", mais "c'est quelque chose qui ne peut pas continuer à se produire", a ajouté Rafael Grossi, qui est aussi à la tête d'une mission d'experts dont, a-t-il souligné, plusieurs demeureront jusqu'à "dimanche ou lundi" sur place.

"Nous avons beaucoup de travail ici", dans ces installations que les Russes et les Ukrainiens s'accusent mutuellement d'avoir bombardées à de nombreuses reprises, faisant craindre une catastrophe nucléaire.

Selon l'agence de presse russe Interfax, quatre des neuf véhicules composant le convoi par lequel l'équipe de l'AIEA était arrivée jeudi après-midi à la centrale étaient repartis en début de soirée.

L'Agence internationale de l'énergie atomique compte aussi ensuite "établir une présence continue" à cet endroit, a répété son patron.

"Nous avons pu visiter tout le site. J'étais dans les unités (de réacteurs, ndlr), j'ai vu le système d'urgence et d'autres pièces, les salles de contrôle", a-t-il énuméré, tout en louant le personnel ukrainien toujours présent à la centrale tombée en mars aux mains des soldats russes.

La principale chose qui devrait se produire est la démilitarisation du territoire de la centrale.

Dans son message quotidien du soir, le chef de l'Etat ukrainien a néanmoins estimé que l'AIEA aurait dû aller plus loin et insister sur la nécessité, selon lui, de "démilitariser" cette zone.

"La principale chose qui devrait se produire est la démilitarisation du territoire de la centrale (...) Et il est regrettable que nous n'ayons pas encore entendu les messages appropriés de l'AIEA", a ainsi lâché M. Zelensky.

Et ce "bien que nous en ayons parlé avec M. Grossi pendant notre réunion (mardi) à Kiev. C'était la clé, la clé ! Le point de sécurité de nos accords : la démilitarisation et le contrôle total par nos travailleurs du nucléaire" de ce complexe, a-t-il martelé.

Visite de Kaliningrad

Pendant ce temps, Vladimir Poutine a rencontré des écoliers à Kaliningrad. Une visite symbolique, puisque l'exclave russe est bordée par les pays membres de l'OTAN. Elle est également au cœur des tensions entre Moscou et l'Occident, depuis le début de la guerre en Ukraine.