L'insurrection du 29 mars 1947 érigée en «symbole de l'identité malgache»

Le vendredi 29 mars 2024, Madagascar a commémoré la journée du 29 mars 1947. Ce jour-là, des insurgés, déterminés à s’élever contre la domination coloniale française, prennent les armes à Moramanga, à une centaine de kilomètres de la capitale. Un vent de colère gagne essentiellement l’est du pays, avant que Paris ne décide d’envoyer 18 000 soldats venus mater cette révolte. Quelle place tient ce moment aujourd’hui à Madagascar ?

Avec notre correspondante à Madagascar, Pauline Le Troquier

Des exécutions sommaires, des civils torturés et des villages incendiés. À l’issue des 21 mois de la lutte qui les a opposés à l’armée française, les insurgés malgaches – des paysans pour la plupart - ne sont pas parvenus à libérer l’île de l’occupant français. Mais le 29 mars 1947 reste, en Afrique subsaharienne, l’une des premières révoltes contre l’administration coloniale française, affaiblie par la Seconde Guerre mondiale.

Roman national malgache

Un événement qui marque, depuis, le roman national malgache. Pour Denis Alexandre Lahiniriko, historien et maître de conférence à l’université d’Antananarivo, cette date a été érigée en puissant symbole par la classe politique malgache : « 1947, c'est un des événements majeurs utilisé pour justifier l'identité malgache actuelle mais aussi la situation dans laquelle Madagascar se trouve aujourd’hui. Par exemple, quand on lutte contre la pauvreté, on voit en 1947 le symbole de cette résilience malgache, de cette lutte de Madagascar pour la liberté. »


Lire la suite sur RFI