"L'insensible" : dernier film noir et sans concession d'Ivan I.Tverdovsky sur la Russie d'aujourd'hui

Laurence Houot

Ivan I. Tverdovsky, réalisateur de Space Dog (2013), Classe à part (2014) ou Zoologie (2016) revient avec Insensible, en salles le 11 septembre. Police, justice, médecine… La corruption se joue à tous les niveaux dans cette société gangrénée dépeinte par le cinéaste russe, où chacun défend ses propres intérêts avec férocité et cynisme dans un monde devenu "insensible". Un film dérangeant.

L'histoire : Une mère vient chercher à l'orphelinat son fils Denis, qu'elle a abandonné à la naissance seize ans auparavant dans une "boite" prévue à cet effet. Oksana ne s'est depuis manifestée qu'épisodiquement mais semble cette fois bien décidée à obtenir la garde de son fils. L'adolescent souffre d'une insensibilité congénitale à la douleur, une maladie génétique rare, et lourde, qui nécessite des soins constants. La direction de l'orphelinat oppose à la mère un refus catégorique, mais Oksana et Denis ont tout prévu, et se passant de l'autorisation de l'institution, ils filent à l'anglaise...


Au royaume des pourris l'insensible est roi

La mère a tout préparé dans son appartement pour accueillir son fils. Il aura pour la première fois de sa vie sa chambre. Ils fêtent les retrouvailles dans la pénombre de l'appartement cossu, presque nus, dans des danses lascives, quasi (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi