Linky : on décrypte les quatre principales craintes liées au "compteur intelligent"

franceinfo

C’est une annonce qui va ouvrir un énième débat. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), gendarme français de la protection des données, a épinglé mardi 11 février EDF et Engie au sujet de la protection des données personnelles. Linky accusé d’espionner ses clients, de provoquer des incendies, d’émettre des ondes nocives... Le "compteur électrique intelligent" génère beaucoup de craintes et parfois de fantasmes. La cellule Vrai du Faux fait le point.

Le compteur Linky espionne ses utilisateurs

C'est l'un des reproches qui reviennent le plus souvent : la protection de la vie privée ne serait pas garantie par les compteurs Linky. Une crainte renforcée par la mise en demeure d'EDF et Engie par la Cnil mardi 11 février.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés estime que les compteurs intelligents peuvent "révéler des informations sur la vie privée" comme les heures de lever ou de coucher grâce aux "données de consommation fines". Or, légalement, Engie et EDF "ne peuvent collecter les consommations quotidiennes et horaires et/ou à la demi-heure qu'avec l'accord de l'abonné".

C'est sur ce dernier point que la Cnil pointe du doigt les deux entreprises : les formulaires adressés aux abonnés ne leur permettent pas d'exprimer clairement leur refus. Autre problème soulevé par la Cnil : les durées de conservation des données sont jugées "trop longues" par l’autorité.

Pour autant, la Cnil explique que (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi