LinkedIn, Facebook… les données d’internautes français en accès libre

·2 min de lecture

C’est un véritable stock de données personnelles qui était ouvert aux quatre vents, à la merci d’un hacker. Comme le détaille Le Parisien, l’entreprise chinoise Socialarks, spécialisée dans le Big Data avait compilé les données de 214 millions d’utilisateurs des réseaux sociaux, dont près d’un million de Français, afin de mettre sur place des stratégies marketing. Problème, ces données, qui n’avaient pas été chiffrées, étaient stockées sur un serveur accessible sans même avoir besoin d’entrer un mot de passe.

C’est l’équipe de chercheurs informatiques de Safety Detectives qui a fait cette drôle de découverte. "Nous avons découvert ce serveur de recherche ElasticSearch qui fuitait en vérifiant différentes adresses IP à la recherche de bases de données mal sécurisées", précise ainsi Anurag Sen, le directeur de la cybersécurité au sein de cette structure. Au total, plus de 400 Go de données personnelles étaient ainsi exposées, issues de Facebook, Instagram et LinkedIn.

>> A lire aussi - Instagram, sous le coup d'une enquête, ne protègerait pas assez les données personnelles des mineurs

Pour ce qui est des données françaises, on trouvait dans ces données 680 733 profils français de LinkedIn, 109 869 profils Facebook complets et 28 468 profils Instagram, précise le quotidien francilien. L’entreprise Socialarks, alertée du problème par Safety Detective, n’a pas réagi mais a fermé le serveur au mois de décembre dernier. L’entreprise avait déjà été au cœur d’une fuite de données en août 2020. A l’époque, ce sont les données de 150 millions d’utilisateurs qui avaient été divulguées.

>> A lire aussi - La cyber-attaque géante s'est introduite dans le Trésor américain

On ignore si quelqu’un a pu accéder à ces données, mais si c’est le cas, cela pose des risques pour le vol d’identité ou la fraude financière, souligne Le Figaro qui relaie les explications des spécialistes en cybersécurité. Ainsi, ces informations pourraient être utilisées pour "des escroqueries ciblées, y compris (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Vaccins : que risque-t-on en allongeant le délai entre les doses ?
Chômage partiel : la prise en charge à 100% prolongée d'un mois pour les secteurs en difficulté
Covid-19 : les pharmaciens veulent pouvoir administrer le vaccin
Ouïghours : le Royaume-Uni pourrait interdire les importations liées au travail forcé
Faut-il faire payer les riches pour renflouer les caisses de l'Etat ?