"L'Infirmière" : thriller chirurgical sur une femme brisée par la tempête médiatique

Jacky Bornet
·1 min de lecture

A l’heure d'une reconnaissance accrue des professionnels de santé suite à la crise du coronavirus, L'Infirmière de Kôji Fukada rencontre involontairement l’actualité, le film ayant été réalisé avant la pandémie. On peut ainsi l’interpréter à posteriori comme une parabole sur les persécutions dont ont été victimes plusieurs soignants au pic de l'épidémie.

Le réalisateur du formidable Harmonium (2016) est proche de son compatriote Kiyoshi Kurosawa (Kairo, Shokuzaï, Creepy) : leurs films, entre rationalité et surnaturel, objectivité et subjectivité, sont habités de protagonistes aux personnalités ambivalentes, prêtant à interprétations.

Thriller subtil

A la quarantaine, Ichiko est une infirmière à domicile dévouée et appréciée. Quand la fille d’une de ses clientes est enlevée, elle se voit soupçonnée de complicité, et harcelée par les médias. Elle reconstitue l’engrenage des situations l'ayant menée à subir cette discrimination. Partagée entre le désir de révéler des secrets nuisibles à son entourage, et le besoin de se disculbaliser, elle n'en devient que plus suspecte.Ce court résumé suggère seulement la subtilité de l’intrigue qu’écrit et filme Kôji Fukada. Avec lui, pas besoin de six épisodes d’une quelconque série pour prouver que le cinéma, en 1h44, sait creuser la psychologie des personnages et maintenir en haleine jusqu’à la fin. Si l’on peut qualifier L’Infirmière de thriller, pas (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi