L'infertilité des espèces, l'autre menace du réchauffement climatique

·1 min de lecture

Prédire et identifier les endroits de la Planète où les espèces risquent de disparaître sous l'effet du changement climatique représente un enjeu crucial pour préserver la biodiversité. Alors que la science se concentre principalement sur les dangers liés aux températures trop élevées et potentiellement mortelles pour les êtres vivants, des chercheurs en écologie de l'université de Liverpool ont préféré s'intéresser aux conditions climatiques dans lesquelles les espèces ne peuvent plus se reproduire.

Fertilité : faut-il vraiment s'inquiéter de la baisse du nombre de spermatozoïdes ?

Publiée dans Nature Climate Change, leur étude a porté sur 43 espèces de mouches à fruit (Drosophila). D'après les scientifiques, les mouches mâles deviennent stériles lorsqu'elles sont confrontées à des températures inférieures aux températures létales d'environ quatre degrés. Soit la différence de température estivale entre le nord de l'Angleterre et le sud de la France.

L'étude a porté sur 43 espèces de mouches à fruit (Drosophila). © nechaev-kon, Getty Images
L'étude a porté sur 43 espèces de mouches à fruit (Drosophila). © nechaev-kon, Getty Images

La reproduction des espèces menacée par l'infertilité thermique

Les chercheurs ont ensuite modélisé ce phénomène en utilisant des prévisions de température pour 2060. Selon leurs calculs, plus de la moitié des zones seront suffisamment fraîches pour assurer la survie des mouches, mais pas pour préserver leur fertilité.

Peut-être que la moitié des espèces seront vulnérables à l'infertilité thermique

« Nos travaux soulignent que les infertilités thermiques pourraient constituer une menace majeure pour la biodiversité en cas d'évolution climatique. Nous disposions déjà de rapports sur les pertes de fertilité à haute température dans tous les domaines, des porcs aux autruches, en passant par les poissons, les fleurs, les abeilles et même les humains. Malheureusement, nos recherches suggèrent qu'il ne s'agit pas de cas isolés, et que peut-être la moitié des espèces seront vulnérables à l'infertilité thermique », souligne dans un...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles