L'infection au coronavirus provoque des petites fuites de sang dans le cerveau

Julie Kern, Rédactrice scientifique
·1 min de lecture

Entre Mars et Juillet 2020, 19 personnes sont mortes de la Covid-19 aux États-Unis, une goutte d’eau dans le nombre de décès que connaissait le pays à ce moment. Mais ces 19 personnes ont permis de faire avancer les connaissances scientifiques sur les dégâts induits par la maladie dans le cerveau. Après leur mort, on a prélevé des échantillons de tissus de leur bulbe olfactif et de leur tronc cérébral. Ces derniers ont été envoyés aux scientifiques du National Institutes of Health (NIH).

C'est probablement l'une des routes d'invasion du cerveau pour le coronavirus

Chaque échantillon a d’abord été observé grâce à une technique d’imagerie par résonance magnétique (IRM) de pointe, la résonance magnétique microscopique, qui permet d’obtenir des images dont la résolution est de l’ordre du micromètre (25 µm pour les tissus du bulbe olfactif et 100 µm pour les structures du tronc cérébral).

Les images ainsi obtenues révèlent la présence de zones anormales, claires (zones d’hyper-intensité) pour 9 patients, et des zones sombres (zones d’hypo-intensité) dans le bulbe olfactif et le tronc cérébral (plus précisément dans le pont) pour les 10 autres.

L'IRM à haute résolution du tronc cérébral d'un patient décédé du Covid-19. La flèche rouge de gauche montre une zone d'hyper-intensité (tache claire) et l'autre flèche, une zone d'hypo-intensité (tache sombre). © NIH, NINDS
L'IRM à haute résolution du tronc cérébral d'un patient décédé du Covid-19. La flèche rouge de gauche montre une zone d'hyper-intensité (tache claire) et l'autre flèche, une zone d'hypo-intensité (tache sombre). © NIH, NINDS

Des vaisseaux sanguins endommagés dans le cerveau

Des analyses plus poussées ont mis en évidence les responsables de ces anomalies. Les régions d’hyper-intensité sont caractérisées par des vaisseaux sanguins particulièrement fins, ainsi que par la présence de fuite de fibrinogène, une des protéines sanguines de la coagulation. Des microglies actives (les cellules immunitaires du cerveau), des macrophages et des lymphocytes T cytotoxiques sont également présents dans l’espace périvasculaire et dans la lumière des vaisseaux. Cet environnement inflammatoire a pu participer à la dégradation des vaisseaux...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura