L'Inde veut vider ses prisons à l'approche du 75e anniversaire de son indépendance

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En Inde, le gouvernement veut libérer le plus grand nombre de prisonniers sous procès possible. Ils seraient quelque 350 000 à croupir derrière les barreaux sans même avoir été condamnés. À l’approche de la 75e fête de l’indépendance, le Premier ministre Narendra Modi a poussé les autorités judiciaires à agir.

Avec notre correspondant à Bangalore, Côme Bastin

Le Premier ministre a fait passer son message lors du premier rendez-vous des autorités judiciaires locales de toute l’Inde. Il a notamment appelé les magistrats locaux, aidés de la police et du personnel pénitentiaire, à expédier le plus de jugements possible pour libérer des prisonniers à l’approche de l’anniversaire symbolique de l’indépendance Indienne.

La prise de position de Narendra Modi fait suite à un arrêt très sévère de la Cour suprême contre le système judiciaire indien, le 11 juillet. « Les prisons en Inde sont inondées de citoyens en cours de procès », a jugé la haute institution, ajoutant que parmi ceux-ci, beaucoup l’étaient pour des motifs très légers ou parfois même sans véritable motif, ce qui s'apparente à un « État policier ».

Le 15 juillet, le ministre de la Justice Kiren Rijiju s’était indigné que 350 000 Indiens attendent leur procès, parfois parce qu’ils n’ont pas les moyens de se payer un avocat. Selon le ministre, le gouvernement a décidé de faciliter les grâces et les réductions de peine pour vider les prisons au plus vite.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles