L'Inde craint qu'un festival religieux ne relance l'épidémie

·2 min de lecture

L'Inde craint que le festival religieux Kumbh Mela à Haridwar, l'un des plus importants au monde qui attire des millions de pèlerins hindous, ne relance l'épidémie de coronavirus dans le pays, a déclaré dimanche le ministère de la Santé.

Quelque 40 pèlerins et habitants locaux sont testés positifs chaque jour dans le cadre du festival, selon le ministère de la Santé. "Ce taux a le potentiel pour déclencher rapidement une hausse des cas étant donné la fréquentation du festival", a expliqué le ministère.

Le festival organisé dans l'Etat d'Uttarakhand, dans le nord de l'Inde, qui devait durer trois mois, ne durera cette année que 30 jours en raison des risques encourus, mais les pèlerins se massent sans porter de masques ni respecter la distanciation sociale.

Ce festival a déjà attiré quelque trois millions de pèlerins en une seule journée depuis son ouverture.

Quelque 50.000 tests antigéniques rapides et 5.000 tests PCR y sont réalisés chaque jour. Or le ministère reconnaît que bien plus de tests PCR seraient nécessaires.

Haridwar est l'une des sept villes sacrées de l'hindouisme et un lieu important de pèlerinage, car selon la tradition, le fidèle qui se baigne dans le Gange à Haridwar voit ses péchés effacés.

Le Premier ministre indien Narendra Modi avait appelé mercredi les dirigeants régionaux à augmenter les tests et à des restrictions locales face à une deuxième vague naissante de Covid-19 pour éviter une multiplication des cas à l'échelle nationale.

L'Inde a enregistré près de 11,6 millions de cas de Covid-19, soit le deuxième pays le plus contaminé au monde, déplorant quelque 160.000 décès.

Au total, 43.846 nouveaux cas ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures à travers le pays, soit le chiffre le plus haut depuis le début de l'année, en forte hausse par rapport aux 9.000 cas quotidiens de début février. C'est toutefois la moitié du pic de près de 100.000 nouveaux cas quotidiens atteint en septembre.

Les contaminations repartent néanmoins à la hausse dans plusieurs régions, à la faveur d'un certain relâchement, notamment dans l'État du Maharashtra (ouest) et sa capitale Bombay, où des restrictions ont été à nouveau imposées.

grk/ial/sg