L'inclassable et classieux Silas Bassa sort un nouvel album

·1 min de lecture

Il cartonne sur Itunes avec Wander, nouvelle pièce de sa main, délicieusement lente et mystérieuse. Elle cumule déjà plus de 500.000 écoutes dans une playlist fourre-tout nommée "Piano Chill", ce genre d'endroit où le meilleur de la musique peut côtoyer le pire... Alors le pianiste Silas Bassa s'interroge. "Où placer ma musique? Dois-je me positionner dans un style? M'enfermer dans un genre? Je ne suis pas convaincu que cela soit vraiment mon problème."

Toute reconnaissance paraît pourtant bienvenue pour la musique accrocheuse et profonde de cet artiste singulier ayant relevé le pari fou de composer, pari pas si commun dans les réseaux issus du classique virtuose. Pour lui, l'année 2020 devait être celle de la conquête d'un nouveau public. Elle aura en fin de compte été celle de toutes les annulations... Après deux premiers albums dans lesquels son travail de compositeur se fondait avec les pièces de contemporains envoûtants comme l'anglais William Duckworth ou le polonais Henryk Gorecki, le virtuose argentin présente cette année, sur le label Klarthe, un disque plus personnel encore, quasi biographique et à cet effet intitulé "Silas". Il en revendique toutes les compositions, des airs nourris d'humeurs contradictoires et qui, chemin faisant, dessinent les contours purs d'une personnalité forte. 

Vibrant cocktail

L'éclat de la rencontre entre ses principales influences - minimalisme contemporain, folklore argentin, classique romantique - ne fait pas doute. Vibrant, vivant, ce...


Lire la suite sur LeJDD