Le lin, une matière d'avenir pour les bateaux de la course au large

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le nouveau multicoque du navigateur Roland Jourdain doit être mis à l’eau à la Grande-Motte (Hérault) début mai 2022 avant d’être au départ de la prochaine édition de la Route du Rhum, le 6 novembre à Saint-Malo. Ce catamaran baptisé "We Explore" a été construit avec des matériaux en fibre de lin en lieu et place de la traditionnelle fibre de verre. Roland Jourdain explique comment est née cette initiative.

Sciences et Avenir : Comment a commencé cette nouvelle aventure ?

Roland Jourdain : En tant que coureur au large, je baigne dans le monde du composite depuis mes débuts, qu’il s’agisse de fibres de carbone, de verre ou de kevlar. Ces produits sont très pétro-sourcés (issus de ressources fossiles) ou énergivore en fabrication. Après avoir passé 30 à 40 ans sur l’eau à bénir ces matériaux, je me suis retourné sur mon parcours environnemental. C’était d’autant plus logique que sur l’eau on passe un temps fou à s’émerveiller des trésors d’évolution que la nature a produit, tel que l’aérodynamisme amphibie du goéland par exemple. En 2009, j’ai eu envie de plus respecter l’environnement en me tournant vers les fibres naturelles pour créer des matériaux composites biosourcés.

Pourquoi avoir sélectionné le lin ?

Nous avons examiné différentes fibres, telles que le chanvre, le jute, la banane. Nous avons finalement choisi le lin, notamment parce que la France produit le meilleur lin du monde, cultivé surtout dans le nord et le nord-ouest. Contrairement à d’autres fibres, la filière lin n’a jamais perdu son savoir-faire, qu’il s’agisse de filer ou tisser le lin. C’est moins vrai pour le chanvre, une fibre pourtant intéressante exploitée pour des matériaux non tissés, formé de petits morceaux agrégés de fibres courtes. Or pour le bateau, nous voulions les fibres les plus longues et les plus droites possibles. Le lin est précisément une fibre longue qui, lorsqu’il sert pour les vêtements, est torsadé. Pour les fibres techniques qui nous intéressaient, il fallait utiliser des fibres les plus droites possibles pour conserver les meilleures caractéristiques techniques possibles. Avec une densité plus faible que celle de la fibre de verre, la fibre de lin a une rigidité plus élevée. Nous utilisons le lin de Terre de lin, une coopérative d’agriculteurs basée en Haute-Normandie qui assure la culture et la transformation du lin en fibres.

La dernière étape, la transformation du lin [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles