"L'imposture" de Tariq Ramadan confirmée dans une biographie

Tariq Ramadan, mis en examen pour le viol présumé de plusieurs femmes, fait l'objet d'une biographie minutieuse.

C'est l'histoire de l'islamiste le plus connu de France, devenu un symbole pour de nombreux musulmans, propulsé sur le devant de la scène par tout un aréopage de médias, d'intellectuels et d'hommes politiques, avant une chute vertigineuse : celui qui prônait une vertu ultra-conservatrice s'est retrouvé confondu, à partir de l'automne 2017, par une série d'accusations de viol suivies par des révélations sur sa vie privée très agitée. Il a d'ailleurs fait l'objet d'une nouvelle mise en examen ce jeudi 13 février à la suite de deux plaintes supplémentaires pour viol. Cette longue ascension, et ce plongeon rapide, le journaliste suisse Ian Hamel les décortique en détail dans une somme de près de 500 pages parue début janvier : Tariq Ramadan, histoire d'une imposture (Flammarion), qui s'impose comme l'un des ouvrages de référence pour ceux qui voudraient retracer le parcours de l'islamologue.

Apport intellectuel faible, soutiens massifs

Écrit dans un style sobre, dépouillé, voire télégraphique par instants, le livre se découpe en deux parties. La première revient sur "l'ascension du marabout". Partant de l'examen de l'ascendance du prédicateur, qui est le petit fils du fondateur des Frères musulmans Hassan Al-Banna, Ian Hamel montre comment Tariq Ramadan a méthodiquement étendu son influence, d'abord sur les bords du lac Léman via le Centre islamique de Genève puis dans les quartiers français, à partir de Lyon. Une telle montée en puissance n'aurait pas été possible sans l'appui de figures éclectiques : si l'homme politique suisse Jean Ziegler a joué un rôle clef, Hamel montre que l'habileté du fils de Saïd Ramadan à séduire les "Occidentaux" lui a permis de plaire à des milieux très divers. "

Lire la suite