L'impact de la pandémie de Covid-19 sur les naissances

·2 min de lecture

Janvier 2021, neuf mois après le premier confinement, aura été le mois le plus pauvre en naissances depuis la 2ème Guerre Mondiale. Mais d'après une étude italienne, cette baisse de natalité est partagé par plusieurs pays riches dans le monde.

Si le virus du Covid-19 n'a pas d'effet sur la fertilité, la pandémie, elle, a affecté le taux de natalité des pays riches, expose une nouvelle publication italienne dans la revue PNAS. En France, le premier confinement parait effectivement avoir repoussé les projets de naissance des jeunes parents, mais en été 2021, le nombre de naissances semble depuis revenir à la hausse, sans pour autant égaler celui de l'année précédente.

Les pandémies provoquent généralement des "baby crash"

"Tout au long de l'histoire, les pandémies ont été un facteur clé de l'évolution de la population humaine", avec "des creux de natalité dans un délai de 9 à 12 mois, généralement suivis de surplus de conception une fois la mortalité retombée à des niveaux égaux ou inférieurs à ceux d'avant la crise", exposent les auteurs de la publication dans PNAS. C'est d'ailleurs ce qu'il s'est passé avec la grippe espagnole de 1918-1920, la plus grande du siècle dernier, qui a provoqué une chute de natalité de 13% aux Etats-Unis et 8% en Suède. La France n'avait pas été épargnée par cette baisse généralisée. Quant au baby boom qui s'en est suivi, difficile de savoir s'il doit être attribué "aux effets directs de la pandémie, à la fin de la Première Guerre mondiale ou à un mélange des deux", observe une étude de juillet 2020 dans Science.

73% de projets d'enfants reportés ou abandonnés en 2020

Cependant, s'agissant de la pandémie de Covid-19, la situation est différente. D'abord, les jeunes susceptibles de devenir parents ne sont pas les premières victimes du nouveau coronavirus, contrairement à la grippe espagnole qui majoritairement affecté les 20-40 ans en termes de surmortalité, expliquent des chercheurs dans Polytechnique Insight. Ensuite, il existe aujourd'hui des moyens de contrôle des naissances qui n'existaient pas un siècle auparavant. Malgré tout, l'impact de la pandémie sur les projets de famille sont réels. Au début de la première vague, des enquêtes réalisées en Allemagne, France, Royaume-Uni et Espagne révèlent que "73%[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles