Limogeage du PDG du géant algérien des hydrocarbures : "On a l'impression qu'il y a un lynchage médiatique"

franceinfo
Invité sur France Inter mercredi, Noureddine Benissad, avocat et président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme, est revenu sur le limogeage mardi du PDG du groupe pétrolier Sonatrach et l'incarcération de la première fortune d'Algérie, le PDG du groupe privé Cevital, soupçonnés de corruption.

"Le système qui veut mener l'opération mains propres en Algérie est lui-même basé sur la corruption", a dénoncé mercredi 24 avril sur France Inter Noureddine Benissad, avocat et président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme, après le limogeage mardi d'Abdelmoumen Ould Kaddour, le PDG du groupe pétrolier Sonatrach et l'incarcération de la première fortune d'Algérie, le PDG du groupe privé Cevital, soupçonnés de corruption. "On ne sait pas exactement ce qu'on reproche à ces personnes."

franceinfo : Qu'est-ce qui est en train de se passer en Algérie, c'est l'opération mains propres ?

Noureddine Benissad : La corruption est devenue un sport national en Algérie et la lutte contre la corruption est une des revendications des Algériens. Le problème, c'est que le système qui veut mener l'opération "mains propres" est lui-même basé sur la corruption. La grande délinquance financière est intimement liée au système politique. C'est le système politique qui a fabriqué tous ces oligarques. Simplement, aujourd'hui, sur ces dossiers-là, il y a un déficit de communication institutionnel. On ne sait pas exactement ce qu'on reproche à ces personnes. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi