L'immeuble d' Al-Jazeera bombardé à Gaza : "Le Hamas employait un bouclier médiatique"

·2 min de lecture

Invité d’Europe Soir, Avi Pazner, l'ancien ambassadeur d’Israël en France, a dénoncé les méthodes du Hamas, qui dissimule au sein d'organismes civils ses services pour se prémunir des frappes israéliennes.

L'armée israélienne a bombardé samedi un immeuble abritant les locaux de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera et de l'agence de presse américaine Associated Press dans la bande de Gaza. L'armée Israélienne visait des équipements militaires du Hamas cachés dans la tour. L'agence de presse AP se dit "choquée et horrifiée", tandis que Washington alerte sur la sécurité des médias. "Avec cette tour, les services de renseignement du Hamas employaient un bouclier médiatique contre leurs actions", a estimé au micro d’Europe Soir Avi Pazner, l'ancien ambassadeur d’Israël en France (1995-1998), qui réside actuellement à Tel-Aviv.

"Israël, une heure avant de passer à l’action, a demandé l’évacuation de cette tour afin qu’il n’y ait pas de victimes civiles et militaires", tient également a rappelé ce diplomate.

>>Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici

Sous les tirs

Avi Pazner s’est également brièvement confié sur la situation en Israël, alors que les tirs de roquettes du Hamas et les bombardements lancés par l’Etat hébreu en représailles ont fait plus d’une centaine de morts en mois d’une semaine. "Je vis cette épreuve d’une façon qui me fait beaucoup de peine. Je suis un diplomate, un homme qui a fait de l’avancement de la paix la mission de sa vie, et je dois subir maintenant des bombardements", explique l’ancien ambassadeur à Europe 1. "Je vous parle actuellement depuis mon abri, où je suis avec mon épouse, à attendre que les bombardements cessent, et...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles