Limitation à 80 km/h: les députés centristes saisissent le Conseil d'Etat

1 / 2

Limitation à 80 km/h: les députés centristes saisissent le Conseil d'Etat

Si la limitation de la vitesse à 80 km/h est sur le point d'être appliquée sur les routes départementales, les députés opposés à la mesure continuent de défendre leur position pied à pied. Une trentaine de parlementaires centristes ont annoncé ce mardi leur intention de déposer un recours devant le Conseil d'Etat contre ce décret. 

Le décret plafonnant à 80 km/h la vitesse sur les routes départementales doit entrer en vigueur dans deux semaines mais, pour autant, ses détracteurs ne désarment pas. Ce mardi, au Palais-Bourbon, les députés de centre-droit ont rallumé la mèche. Ils ont annoncé leur volonté de déposer un recours contre ce décret devant le Conseil d'Etat dans la soirée. 

Jean-Christophe Lagarde, député élu en Seine-Saint-Denis et président de l'UDI, a rappelé pourquoi les représentants désireux de lutter contre cette disposition élaborée par le gouvernement ne pouvaient s'y prendre autrement: "Comme il n’y a pas possibilité pour les députés de lutter contre un décret, puisqu’on ne les vote pas, le seul moyen de les contester, c’est d’aller devant le Conseil d’Etat". 

Une mesure disproportionnée? 

L'élu a assuré qu'il ne s'agissait pas pour autant d'en rester à un statu quo: "Nous avons proposé que dans chaque département, les préfets, les élus visent les endroits les plus dangereux, permettent de réduire la vitesse encore plus si c’est nécessaire et permettent de rouler partout où c’est possible sans dangerosité."

Le député de centre-droit, élu dans la Lozère, Pierre Morel-A-L'huissier, a développé sur Facebook ses griefs, et ceux de ses confrères, contre la limitation envisagée. Selon lui, l'extension de la limitation de vitesse découle d'une "erreur d'appréciation"....

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi