Lille: des associations réclament une solution d'hébergement pour les migrants de la friche Saint-Sauveur

Cyrielle Cabot
·1 min de lecture
La friche Saint-Sauveur illustration. - PHILIPPE HUGUEN / AFP
La friche Saint-Sauveur illustration. - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Depuis plus d'un an, une cinquantaine de migrants, dont des mineurs isolés, vit dans des conditions de vie extrêmes sur la friche de Saint-Sauveur à Lille. Alors qu'un incendie il y a un mois a encore dégradé l'état du camp, une pétition a été lancée pour réclamer au plus vite des solutions de relogement.

"Leurs conditions de vie, ce sont des cabanes de bois qui sont maintenant trop anciennes et gorgées d'humidité", explique à BFM Lille Olivier Verseau, bénévole de l'association LHA. "Ils n'ont pas d'eau potable, pas d'électricité, ils ne peuvent pas se chauffer..."

"Je m'accroche grâce aux associations mais ce n'est pas facile", avoue Diallo, demandeur d'asile. "Il fait très froid... On fait du feu à l'intérieur pour avoir chaud", poursuit Aboubakar.

Pour se chauffer, les habitants du camp n'ont en effet pas d'autres choix que de faire des feux à l'intérieur des cabanes, un procédé très dangereux qui a provoqué un important incendie le 8 décembre dernier.

La réquisition de biens publics

"On demande à la mairie la réquisition de bâtiments publics pour au moins permettre la mise à l'abri des personnes pendant l'hiver", explique Ophélie Blanquard, bénévole de l'association Exod. "Et on continue à réclamer un logement pour tous."

Après l'incendie de début décembre, 46 recours ont été déposés devant la Commission du "droit à l’hébergement opposable" (Daho) de la Délégation départementale de la cohésion sociale (DDCS). 18 demandes ont déjà reçu une réponse positive de la préfecture.

Article original publié sur BFMTV.com