Ibrahima, 16 ans, victime des rivalités territoriales en Seine-Saint-Denis

·1 min de lecture
Ibrahima se rêvait footballeur avant d'être tué à l'arme blanche, sur fond de rivalités territoriales en Seine-Saint-Denis.
Ibrahima se rêvait footballeur avant d'être tué à l'arme blanche, sur fond de rivalités territoriales en Seine-Saint-Denis.

« C?était quelqu?un de gentil, quand on ne le connaissait pas, il était timide mais après il s?exprimait et rigolait. » C?est de cette façon que Nathan Fondja, interviewé par l?Agence France-Presse, a décrit Kandji El Hadji, qui se faisait appeler Ibrahima, tué lundi soir aux Lilas, à l?âge de 16 ans. Dans un sourire, l?adolescent se souvient de leurs nombreuses conversations sur le foot, lui fan du Real alors qu?Ibrahima soutenait le Barça. Ibrahima se rêvait footballeur avant d?être tué à l?arme blanche, sur fond de rivalités territoriales en Seine-Saint-Denis. Le garçon, décrit par son entourage comme quelqu?un de discret, généreux et sérieux, n?était « pas associé aux rixes » selon ses amis, qui précisent qu?il « n?aimait pas les histoires ».

Dans son quartier, le même récit tourne : Ibrahima était allé voir un ami jouer au foot aux Lilas. Sur le chemin du retour, accompagné de deux amis, il croise vers 20 heures un autre jeune, qui leur demande de quelle ville ils sont originaires. « Bagnolet », répond Ibrahima. Il n?en faudra pas plus : il est poignardé à mort. Touché par un seul coup de couteau au thorax, l?adolescent est décédé des suites de ses blessures à l?hôpital, deux heures plus tard.

Une rivalité territoriale

« Le fait qu?il soit de Bagnolet, ça lui a porté préjudice », confiait à l?Agence France-Presse un de ses amis, rencontré mardi à la sortie de leur lycée, à Montreuil. « Il y a toujours eu une rivalité entre Les Lilas et Bagnolet », selon [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles